LES MUTATIONS

L ' IVOIRE

C'est la seule mutation qui concerne les lipochromes (couleur) en lui apportant une dilution. Ainsi la couleur devient "crémeuse" plus pâle mais le plumage est soyeux, on dit souvent que ce canari a une plume de soie.

Cette mutation peut se trouver sur tous les canaris lipochromes et mélanines.

C'est la plus ancienne des mutations apparue dans les années 1950.

le canari photographié est une femelle agate opale  ivoire jaune.

Mutation récessive liée au sexe, seuls les mâles peuvent être porteur de la mutation.

LE PASTEL

Cette mutation se caractérise par une réduction de la tonalité des eumélanines noire ou brune.

Cette mutation ne se trouve que sur les mélanines.

C'est un joli canari mais son élevage reste toutefois assez délicat.

Le sujet représenté en photo est un Agate pastel mosaïque rouge.

Mutation récessive liée au sexe, seuls les mâles peuvent être porteurs de la mutation.

L'OPALE

C'est un facteur de réduction des mélanines qui concentre l'eumélanine à la face inférieure du canal médullaire des plumes ce qui donne un aspect bleuté.

La spécificité du facteur opale est que le dessous des rémiges et des rectrices est plus foncé que le dessus.

Tous les mélanines peuvent être affectés par la mutation opale.

C'est une mutation récessive à hérédité libre, mâles et femelles peuvent être porteurs.

 Le sujet en photo est un Mâle agate opale mosaïque jaune. 


L'INO

La mutation INO agit sur tous les mélanines, mais en France seul le brun Ino est reconnu, aussi appelé PHAEO, qui ne présente pas de pigment noir mais seulement la phaeomélanine dans son expression maximale et sous la forme d'un dessin maillé bien contrasté.

 Caractéristique du Phaeo : les yeux sont rouges.

La mutation récessive libre peut également affecter les canaris lipochromes.

L'oiseau en photo est un brun ino appelé Phaeo.



LE SATINE

La mutation Satiné provoque une inhibition de l'eumélanine noire et une réduction de l'eumélanine brune.

L'eumélanine noire ayant disparue, ces canaris ont les yeux rouges.

 En réalité c'est un canari Isabelle satiné, que l'on appelle simplement Satiné car la mutation n'est reconnue que pour ce type d'oiseau.

Cependant elle peut affecter tous les lipochromes que l'on appelle lipochrome à yeux rouges.

 C'est un canari tout en délicatesse.

Son élevage reste délicat comme tous les canaris à yeux rouges , ils ont souvent des problémes au moment du nourrissage des jeunes.

Exemple de canari satiné mosaïque jaune en photo.

AILES GRISES

La mutation "ailes grises" amène d'une part une dilution de l'eumélanine noire du plumage et d'autre part un dessin particulier de par la super-dilution de la partie médiane de la plume avec d'importants refoulements d'eumélanine gris foncés localisés vers les extrémités.

La dépigmentation particulière fait apparaître sur le plumage des lunules gris perle avec des faibles localisations gris foncé en bout et pourtour de plumen les rémiges et rectrices présentent aussi cette dépigmentation particulière.

Cette mutation serait apparue à partir des Noirs Claste.

 Mutation liée au sexe  avec facteur accumulatif.

L'oiseau représenté est un noir jaune ailes grises.

LE TOPAZE

Il y a modification de la production  d'eumélanine par la réduction et localisation de celle-ci autour du canal médullaire qui donnent de larges contours clairs sur les grandes plumes que l'on peut qualifier d'Ourlets ainsi que sur les plumes de couverture. Le rachis est dépigmenté.

Ce canari a les yeux rouges.

A ses débuts, ce canari était appelé Ino à mélanine centra, le facteur topaze est un allèle du facteur Ino.

 Cette mutation n'apparait que sur les mélanines, elle est récessive à hérédité libre.

Le sujet photographié est un mâle Brun topaze mosaïque rouge. 

L'EUMO

Il se caractérise par une réduction de l'eumélanine noire ou brune.

Les canaris Eumo ont les yeux rouges, voire rouges foncés selon les types de canaris.

Les stries sont moins larges que sur les classiques mais aucune trace de phaeomélanine n'est tolérée.

Mutation récessive libre.

L'oiseau représenté est une femelle Agate Eumo mosaique rouge

V

L'ONYX

 C'est une mutation qui amène une modification de la mélanine à l'interieur des plumes, ce qui donne une teinte mate à l'eumélanine noire ou brune, un voile grisâtre recouvre l'oiseau  , qu'on appelle voile FULIGINEUX.

Les stries doivent se voir sous ce voile.

Mutation à hérédité récessive libre.

L'oiseau en photo est une femelle Agate Onyx mosaïque rouge.

LE COBALT

Le plumage est entièrement modifié par la disposition de la mélanine touchant les stries et les interstries.

On peut voir la différence entre un noir cobalt à un noir classique en comparant leurs abdomens, l'un est foncé, et l'autre est clair outre la tonalité d'ensemble plus marquée chez le cobalt que chez le classique.

Hérédité récessive libre.

L'oiseau représenté est Noir Cobalt rouge intensif.

LE JASPE

La mutation Jaspe qui est plus une hybridation qu'une mutation puisqu'elle a été obtenue à partir de l'hybridation d'un mâle Tarin de Magellan simple dilution avec une femelle Canari Noir Jaune; elle s'exprime en simple dilution qui modifie la tonalité de la mélanine et aussi sa  disposition dans les plumes donnant un dessin particulier.

Aucune action sur la phaeomélanine ni sur les lipochromes.

Elle peut s'exprimer en simple dilution SD ou en double dilution DD.

On a pu voir en travaillant des femelles Agate Jaspe double dilution en intensif, shimmel ou mosaïque, qu'elles ressemblaient phénotypiquement à des Agates pastel.

Hérédité libre et dominante ou semi-dominante.

L'oiseau représenté est un Noir Jaspe blanc Simple Dilution.

LE TARIN ROUGE DU VENEZUELA OU CHARDONNERET ROUGE

je l'ai glissé dans les mutations car son hybridation avec le canari a permis de fixer le pigment rouge chez le canari, ce qui nous amène aujourd'hui à obtenir, grâce à la coloration (Cantaxantine, Carophyl), un beau canari rouge, alors qu'avant cette hybridation nous n'avions que des canaris orange ,obtenus généralement par l'apport de carotte dans l'alimentation

L'hybridation avec le canari a amené également le canari mosaïque, que l'on appela Mosaïque, nouveau type à sa parution dans l'élevage.

L'avantage du Tarin rouge est son taux de fécondité qui est bien meilleur en théorie que les autres tarins utilisables lors des hybridations avec notre canari.

A la première génération F1 obtenue par l'accouplement mâle Tarin x femelle canari , certains mâles sont féconds.

LE CHARDONNERET ELEGANT

Le Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) est une espèce de passereaux de la famille des fringillidés, partiellement migratrice, petite et très bariolée.

Description :

Le chardonneret adulte et son juvénile ont le bec rose pâle, pointu et effilé, la queue fourchue, les yeux marron foncé et les pattes grises.

Aspect de l'adulte :

L'adulte a la face rouge écarlate, entourée de blanc et de noir (ou de gris chez trois sous-espèces), le dos et les flancs bruns, la queue noire avec des taches blanches et le croupion blanc. Le plumage de ses ailes est noir rayé d'une large bande d'un jaune vif. Le dimorphisme sexuel est peu marqué chez cette espèce : la femelle est un petit peu moins bariolée que le mâle, et le plumage rouge de sa face ne passe pas derrière les yeux contrairement au mâle.

Aspect des juvéniles

Le jeune est d'une couleur fauve-grisâtre un peu terne et ne possède pas le rouge-blanc-noir de l'adulte sur la tête. Il est rayé sur le ventre et sur le dos avec une large bande alaire jaune et une queue noire. La distinction entre mâle et femelle à ce stade est difficile.

L'adulte mesure environ 20 à 25 cm d'envergure, 12,5 cm de longueur et pèse de 14 à 18 g.

Alimentation

Le chardonneret est exclusivement granivore.

  • Il recherche avant tout les graines de chardons (ce qui lui vaut son nom) et de bardanes car grâce à son bec effilé, il peut très bien les enlever sans se piquer et parvient à les décortiquer très habilement.
  • Il se nourrit aussi de graines de bouleaux et d'aulnes.
  • La fleur de cosmos (plante) en train de faner ou de sécher lui fournit une nourriture appréciée.

Souvent l'objet d'hybridation avec le canari,  les jeunes mulets obtenus ne sont pas féconds.

La population de chardonnerets a fortement diminué  au cours des 20 dernières années, on considère déjà que l'espèce est en danger de disparition : c'est une espèce protégée et sa détention est interdite

TARIN DE MAGELLAN

Le Chardonneret de Magellan (Spinus magellanicus, anciennement Carduelis magellanica), encore appelé Tarin de Magellan ou Tarin à tête noire est une espèce de passereaux appartenant à la famille des Fringillidae.

Le Chardonneret de Magellan consomme principalement des graines, dont celles de chardons, ainsi que des bourgeons et parfois des insectes. Il se nourrit sur le sol, dans les buissons et parfois dans les arbres, de diverses graines (y compris de séneçon), de baies, de fruits, de bourgeons, de feuilles (y compris de laitue).

Morphologie

Le mâle présente une tête noire, le dessus plus ou moins verdâtre avec une barre ailaire jaune, coloration également répartie sur la poitrine et le ventre. Plus terne, la femelle se différencie par une tête grisâtre. Ce plumage et les barres ailaires jaunes rappellent les juvéniles de Chardonneret élégant.

TARIN DES AULNES

Le Tarin des aulnes (Spinus spinus, anciennement : Carduelis spinus) est une espèce de passereau, partiellement migrateur, de la famille des fringillidés.

Le tarin qui est l'un des plus petits fringillidés mesure environ 12 cm. L'adulte et le juvénile sont assez trapus, avec les ailes à bandes noires, et une barre alaire jaune vif. Le croupion est jaune verdâtre, et la queue noire avec des taches jaunes à la base. Le ventre et la poitrine sont jaune très clair tirant sur le blanc, et peuvent être striés de noir. Son dos est vert grisâtre légèrement rayé, et les sous-caudales et les flancs sont fortement rayés de noir. La couleur verdâtre du plumage du tarin à certains endroits vient du mélange de plumes noires au milieu d'une majorité de plumes jaunes.

Le Tarin des aulnes peut être facilement confondu avec le Serin cini et le Venturon montagnard.

Aspect du mâle

Le mâle a la calotte et le menton noirs, l'arrière-sourcil jaune et les joues verdâtres.

Aspect de la femelle

La femelle ne possède pas la calotte noire et est moins bariolée, tirant plus vers le brun-gris surtout sur le dos, mais est plus blanche sur le ventre. Elle est beaucoup plus rayée sur la poitrine et les flancs que le mâle.

Aspect des juvéniles

Quant au juvénile, ses rayures sont encore plus accentuées que celles de l'adulte, et son aspect général est plus brun.

Comportements

Il est très actif et assez erratique, mais est très sociable envers les autres espèces de passereaux. Le tarin se déplace principalement en groupe dont la composition varie de quelques individus à plusieurs dizaines de couples.

Lorsqu'il se nourrit son comportement se rapproche de celui des mésanges, car il se perche facilement la tête en bas pour atteindre sa nourriture.

Le vol du tarin est onduleux et dansant surtout lorsqu'il se déplace en groupes.

Pendant la parade nuptiale le mâle poursuit la femelle, puis se dresse devant elle les plumes hérissées et les ailes légèrement entrouvertes. Le vol nuptial du mâle continue à tourner en papillonant autour de la femelle.

Il est présent dans toute l'Europe

LE FACTEUR AZUL

L'Azul est tout simplement la concentration sur un même oiseau du facteur de réfraction, appelé aussi facteur optique bleu : il est polygène , autosomal et libre dans sa transmission héréditaire.

Son action repousse la phaeomélanine dans le centre du rachis, faisant disparaître  visiblement le brun en interstrie, il agit également sur la structure de la plume.

LE MOGNO

En réalité c'est un brun opale travaillé à l'excès avec des oiseaux les  plus oxydés, durant de nombreuses années ( + 15 ans) par les éleveurs brésiliens qui le font plus ressembler à un brun classique ou à un brun onyx et où les reflets bleutés, spécificité de l'opale, ont disparus.

Aujourd'hui beaucoup de bruns opales ont perdu de leur caractère, car mélangés avec du Mogno, le dessus de la queue est plus sombre que le dessous ce qui est une perte de spécificité de l'opale, et une faute grave.

On peut voir que l'oxydation du dessus des rectrices est bien plus importante que sur le dessous

Pour info : j'ai souvent dans mon élevage des Noirs jaune opale à caractéristique Mogno , quand je travaille pour améliorer la strie , sans qu'un seul Mogno n'ait été introduit chez moi

L'IMPORTANCE des MÉLANINES CLASSIQUES

Certaine mutation ont tendance à rallonger la plume lorsque les accouplements Pur x Pur sont reproduits trop souvent , c’est le cas , par exemple de l'opale , il convient donc de revenir de temps en temps  à l'accouplement Pur  x  Porteur. De même que la répétition des accouplements Pur x Pur  contribue à affaiblir les souches et , y compris , les stries qui s'estompent au fil du temps ainsi que la taille des oiseaux qui diminue. L'éleveur doit garder précieusement des  mélanines classiques qui serviront à re-dynamiser ses souches